. Relief et végétation de l'Algérie
DIAKADI / Afrique de Nord / Algérie

Tifilkou

Tifilkou

L’Algérie se compose de quatre principaux ensembles de reliefs, d'étendues très inégales, qui se succèdent du nord au sud :
- plaine du Tell au nord, le long de la côte méditerranéenne est une bande étroite discontinue,  et de largeur variable (80 Km à 190 Km)
Avec les vallées alentours, cette plaine abrite la grande majorité des terres agricoles du pays.

- au sud, l'Atlas tellien au nord, l'Atlas saharien et le massif des Aurès au sud encadrent une région de hauts plateaux désertiques où l’on trouve une herbe qui fait une des richesses de l'Algérie : l'alfa dont on fait du papier.
On y trouve également de nombreux lacs salés (chotts) collectant les eaux de surface.

- Au sud de l'Atlas saharien s'étend l'immense désert du Sahara qui représente 80% de la superficie de l'Algérie. Composé pour une grande part de plateaux rocheux et de plaines caillouteuses, Le Sahara comprend deux vastes régions de sables le Grand Erg occidental et le Grand Erg oriental.

- Enfin, au sud du Sahara s'étend le massif volcanique du Hoggar.
Sur un de ces plateaux désertiques, Tassili N'Ajjer s'étend un centre archéologique abritant les milliers de peintures rupestres.

Tifilkou

Tifilkou

Hormis quelques cours d'eau côtiers, le seul fleuve de l'Algérie est le Cheliff (long de 725 Km), qui prend sa source dans l'Atlas tellien et se jette dans la Méditerranée.

Il n'existe pas de cours d'eau permanents au sud de la région du Tell. Les nombreux lacs (chotts ) qui parsèment les régions désertiques sont des lacs temporaires, salés pour la plupart.

Le territoire algérien comporte une flore aussi diversifiée que son climat. Les superficies recouvertes par les forêts, maquis et reboisements, sont environ de 3.700.000 ha et sont concentrée surtout dans le nord du pays.

Les arbres ne sont cependant pas absents dans le Sahara central, on y dénombre de nombreuses espèces arborescentes ainsi que des arbustes qui peuvent atteindre des tailles importantes.
Les nappes alfatières couvrent environ 3,5 millions d’ha en milieu steppique.

La flore est répartie inégalement dans quatre zones principales :
- le littoral Est et les massifs côtiers : forêts denses de chênes liège et chênes zeen et afares
- les Hautes plaines continentales : les grands massifs de Pin d’Alep et de Chênes verts.
- l’Atlas Saharien avec, les maquis de chênes verts et de genévriers
- le Sahara central avec de nombreuses espèces endémiques propres au désert africain auxquelles s’ajoutent des éléments méditerranéens et tropicaux.

Les essences forestières principales sont :
- Le pin d’Alep 60%
- Le chêne liège 25%
- Le chêne vert, plateaux, genévrier, Thuya, pin maritime, cèdre et les plantes reliques du Sahara central, (cyprès du Tassili et acacias) 15%.

Les forêts sont marquées par des conditions naturelles difficiles et subissent un surpâturage lié au surnombre du troupeau de cheptel ovin et caprin. Estimé à environ 5millions d’ha avant l’ère coloniale, le patrimoine naturel algérien a vu sa superficie réduite, ses habitats détruits et la régression ou la disparition de nombreuses espèces végétales et animales.

Naguère réputée pour sa richesse et sa diversité, la faune algérienne a perdu de nombreuses espèces et de nombreuses autres se trouvent menacées ou en voie de disparition.
C’est le cas notamment du sanglier, du cerf de Barbarie, des 3 espèces de gazelles, du mouflon, ainsi que du petit gibier représenté par le lièvre et le lapin de garenne.
Il en est de même de tous les gibiers migrateurs et plus particulièrement de la perdrix gambra, de la caille des blés, de la tourterelle, des pigeons, le ganga, l’outarde.

Dernière mise à jour : 26 mai 2010