DIAKADI / Afrique de l'Est / Ethiopie

En 1999 plus de 17% des Éthiopiens habitaient les centres urbains. Addis-Abeba, la capitale, comptait 2,2 millions d’habitants ; elle était de loin la ville la plus peuplée du pays.

Les Amhara, peuple de langue sémitique, habitent les hauts plateaux,. Amhara et Tegréens, dont le foyer traditionnel se situe plus au nord, représentent le tiers de la population. Les Oromo, peuple de bergers et d’agriculteurs établis dans le Centre et le Sud-Ouest, forment près de 40 p. 100 de la population.

L’espérance de vie est de 50 ans.

L’amharique est la langue officielle du pays et est parlé par environ 60 p. 100 de la population. Mais la langue administrative est l’anglais.
On enseigne également l’italien et l’arabe.
Les dialectes sont le tigrinya, le wolaminya, l’orominya.

50% de la population est de confession musulmane, 40% sont chrétiens. Les animistes représentent 10% des éthiopiens.
Il existait, jusqu’au milieu des années quatre-vingt, une petite minorité de juifs éthiopiens, les Falashas. Un pont aérien a été organisé à cette époque pour faciliter leur émigration vers Israël.

L’Éthiopie possède une très riche tradition littéraire, alimentée aussi par un grand nombre de traductions faites depuis l’ancien grec, l’arabe et d’autres langues vers le guèze et l’amharique moderne. Beaucoup d’aspects de la culture éthiopienne sont liés à l’histoire chrétienne du pays. Ainsi, la plupart des œuvres littéraires sont de nature théologique ou mythologique, tandis que l’architecture religieuse reflète une forte influence byzantine, notamment les monastères et les église monolithes.