DIAKADI / Afrique de l'Est / Ethiopie

L’Éthiopie est considérée comme l’un des berceaux de l’humanité. C’est en effet dans la vallée de l’Aouach que  Lucy , âgé d’environ 3 millions d’années, a été découverte.

Durant le premier millénaire av. J.-C., des émigrants arabes du royaume de Saba au Yemen traversent la mer Rouge et forment le métissage avec la population des hauts plateaux du Tigré.

Le royaume d’Aksoum alors fondé est gouverné par la dynastie salomonide, dont les représentants font remonter leur origine au roi Salomon et à la reine de Saba. Aksoum, converti au christianisme au IVe siècle apr. J.-C., par des moines grecs orthodoxes, sous l’empereur Lezanas, se rattache à la même tradition monophysite que les chrétiens coptes d’Égypte. Le royaume prospère pendant plusieurs siècles.

Au VIIe siècle, le royaume chrétien d’Aksoum, encerclé par l’expansion de l’islam s’incline, et les Salomonides en perdent peu à peu le contrôle., ils sont renversés et remplacés par la dynastie des Zagoué, issue d’une région du plateau central. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, les Salomonides reviennent à la charge et maintiennent leur autorité sur une grande partie de l’Éthiopie, mais les musulmans gardent le contrôle de la zone côtière (Érythrée) et du Sud-Est. Avec l’ouverture du canal de Suez en 1869, la côte de la mer Rouge est livrée à la convoitise des puissances européennes, l’Italie, la France et la Grande-Bretagne, soucieuses de contrôler le bon passage de leurs navires. L’Italie s’empare des ports d’Assab en 1872 et de Massaoua en 1885. En 1889, Ménélik II signe avec les Italiens, un traité d’amitié et de coopération ( traité d’Ucciali ) mais la version italienne diffère de la version amharique. Les Italiens revendiquent ainsi le protectorat sur tout le territoire éthiopien. La guerre éclate entre les deux pays en 1895 et les forces italiennes sont vaincues à Adoua l’année suivante (1er mars 1896). L’Italie reconnaît l’indépendance de l’Éthiopie.

Le successeur de Ménélik, Tafari Makonnen, est désigné comme héritier et accède au trône sous le nom d’Hailé Sélassié 1er. Mais, à l’arrivée au pouvoir, à Rome, de Benito MUSSOLINI,. en octobre 1935, les troupes du Duce envahissent l’Éthiopie. Malgré les protestations de la Société des Nations (SDN), Addis-Abeba est en possession des envahisseurs et, en mai 1936, Mussolini proclame empereur d’Éthiopie le roi d’Italie, Victor Emmanuel III. Hailé Sélassié fuit le pays. Il revient sur son trône en 1941 avec l’aide des Britanniques.

L’année 1974 voit se succéder d’importantes manifestations contre l'impéritie du gouvernement face à la sécheresse. La destitution d’Hailé Sélassié a lieu le 12 septembre. L'Erytrée fait sécession. Le conflit s’internationalise avec le soutien apporté par la Somalie aux rebelles et l’appui militaire (environ 15 000 hommes) accordé par Cuba et l’URSS au gouvernement éthiopien. Le régime est, dans le même temps, engagé dans des opérations militaires au Tigré et dans le pays oromo, au sud-ouest. En 1984-1985, une terrible famine ravage le nord-ouest du pays. Mengistu décide de déplacer de force 2 500 000 paysans au moins 20 p. 100 périssent lors des regroupements.

Le 30 mai 2000, sous l’égide de l’Organisation de l’unité africaine (O.U.A.), des négociations de paix sont entamées, un accord de cessez-le-feu le 18 juin un« accord de paix global » le 12 décembre suivant sont conclus Signé par le président érythréen, Issayas Afwerki, et par le Premier ministre éthiopien, Meles ZENAWI, l’accord est signé par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (O.N.U.), Kofi ANNAN, et par la secrétaire d’État américaine Madeleine ALBRIGHT. Ce conflit a fait plusieurs dizaines de milliers de victimes et provoqué le déplacement de 1,3 million de personnes.

En avril 2001, une grève lancée par les étudiants de la capitale, Addis-Abeba, est très réprimée par les forces de l’ordre. Deux jours d’affrontements entre la police et les étudiants tournent à l’émeute et font une quarantaine de morts et plus de deux cent cinquante blessés.