DIAKADI / Afrique de l'Est / Djibouti

Situé à l'extrémité orientale du continent africain, Djibouti occupe une position stratégique qui attira, dès le Moyen âge, les marchands d'aromates arabes. Le détroit de Bab el-Mandeb fut très tôt un point de passage très fréquenté entre l'Arabie et l'Afrique par les marchands d’esclave.

Sa situation géographique suscita l'intérêt de la France. Celle-ci, anticipant l'ouverture du canal de Suez et souhaitant contrebalancer la présence anglaise au Yémen, conclut un traité avec les chefs locaux, et établit une colonie à Obock en 1862. L 'ouverture du Canal de Suez en 1869 permit  le développement du Territoire d'Obock. Nommé en 1884 gouverneur de Djibouti, le Vicomte Léonce de Lagarde de Rouffeyroux inaugure officiellement en mars 1888 la ville de Djibouti qui n'est à l'époque qu'un marché.

Djibouti devient la nouvelle capitale de la colonie en 1895, et se dote très rapidement des équipements nécessaires à sa nouvelle vocation : installations portuaires, maison de commerce, bâtiments administratifs, construction des Salines et du Chemin de fer.

Par deux référendums en 1958 et 1967, Djibouti choisit de maintenir ses relations avec la France, malgré l'agitation des nationalistes somalis, et fut rebaptisée Territoire français des Afars et des Issas. Cependant les mouvements indépendantistes se multiplièrent, le pays fut tour à tour revendiqué par l'Éthiopie, pro-Afars, et la Somalie, pro-Issas.

Un nouveau référendum, le 8 mai 1977, donna une majorité en faveur de l'indépendance (98,8 %). Le 27 juin 1977, le nouvel État accéda à l'indépendance sous le nom de République de Djibouti.