La majeure partie de la population est composée d’agriculteurs. Les principales cultures telles que le manioc et le maïs sont réservées à la consommation locale sont en quantité insuffisante d’où la nécessité d’importer des produits alimentaires.

Les colons avaient développé les cultures de caoutchouc, de cacao et d’huile de palme dans la zone forestière, et de café, de coton et du thé dans la savane. Malheureusement, ces activités ont été négligées depuis l'indépendance. On assiste toutefois à une reprise de l'exploitation du café, du thé et du palmier à huile depuis quelques années.

La République démocratique du Congo possède le plus important potentiel sylvicole d'Afrique. L’exploitation du bois est faible par rapport au potentiel. La forêt n'a été intensivement exploitée que dans la région montagneuse située à proximité de l'Atlantique plus facile d’accès.

L’élevage des caprins et des volailles ne cesse de régresser depuis 1994 jusqu’à nos jours.

La pêche est faible.