En 1999, la population de la Guinée équatoriale était estimée à 465 746 habitants soit une densité 15,1 habitants au km2 (mais 41 habitants au km2 dans les îles). A ce chiffre, il faut ajouter un peu plus de 110 000 réfugiés politiques qui ont fui le régime militaire.

L'espérance de vie est d’environ 49,6 ans.

La Guinée équatoriale comprend une dizaine d’ethnies parlant chacune leur langue.

Les Fangs (ethnie bantous), avec au moins 80 % de la population, constituent l’ethnie dominante du pays. Ils sont concentrés dans la zone continentale et sont de plus en plus nombreux dans l’île de Bioko.

Après les Fangs, suivent les Bubis (10 %), une autre ethnie bantoue qui, à l’origine, peuplait très majoritairement l’île de Bioko. On y trouve également les Fernandinos, métis afro-européens libérés jadis de l’esclavage par les Britanniques, à l’époque où ces derniers contrôlaient l’île de Bioko, et quelques Igbos originaires du Nigeria.

La Guinée-Équatoriale est le seul État africain dont l'espagnol est la langue officielle. Depuis 1998, le français est la deuxième langue officielle. Les langues les plus parlées sont bien évidemment le fang et le bani mais également le krio (ou pidgin english : créole à base d’anglais) utilisée comme seconde langue dans l’île de Bioko et le kriolou (créole à base de portugais) sur l’île d’Annobon.

La population de Guinée-Équatoriale est majoritairement catholique (88,8%). Les autres sont des adeptes des religions africaines traditionnelles (4,6%) ou de l’islam (0,5 %).