Le pays, qui a subi une crise économique profonde à la suite de l'effondrement des cours du café et du cacao, tire la moitié de son PNB de l'aide internationale. La dévaluation du franc CFA (1994) a été compensée par une remise de 50 % de sa dette extérieure, qui était très lourde.