DIAKADI / Afrique Centrale / Le Congo

La façade atlantique est formée,  d’une plaine littorale sableuse s’inclinant vers le Cabinda, avec des baies ombragées et des lagunes bordées de forêts, séparée par des cordons littoraux de la mer.

La côte est dangereuse, à l’embouchure du Kouilou, à cause d’une barre très forte. La  région  du Mayombé est escarpée et boisée de nombreuses rivières côtières sont présentes. À l’est, la vallée fertile du Niari est séparée par le Mayombé de la partie méridionale des monts du Chaillu et du plateau de Koukouya.

Au centre, surplombant le fleuve Congo, les plateaux Batéké sont parcourus de rivières et parsemés de petits lacs. La cuvette congolaise, au nord, forme une vaste plaine (200 à 300 m d’altitude) traversée par de puissants cours d’eau qui alimentent le fleuve Congo (Oubangui, Sangha, Likouala et Alima), mais elle est mal drainée en raison de la faiblesse de la pente. De grandes zones, inondables en saison des pluies, occupent le nord-est entre la Sangha et l’Oubangui.

La forêt équatoriale humide, qui couvre en grande partie la cuvette congolaise, occupe près de la moitié de la superficie du pays et constitue une ressource naturelle majeure, mais seules les forêts du Chaillu sont exploitées en raison de la proximité de la voie ferrée du Gabon. Les principales essences exploitées sont l’okoumé, l’acajou, le limba, le sapelli. C’est en majorité une forêt dense dans le nord-ouest et le sud-ouest du pays.

La savane arborée et les forêts-galeries s’étendent au nord et au nord-est.

La faune, nombreuse et variée, comprend entre autres antilopes, girafes, guépards et crocodiles, ainsi que de nombreux oiseaux et serpents.