DIAKADI / Afrique Centrale / Cameroun

Le Cameroun se compose de cinq grandes régions naturelles. Il se trouve sur l'une des grandes fractures de l'écorce terrestre, de direction principale sud-ouest, nord-est qui a notamment donné naissance aux îles de Bioco, de São Tomé, d'Annobón).

C’est de cette fracture qu’est issu le massif de l’Adamaoua qui sépare le nord et le sud du pays.

Au nord, l’Adamaoua s'arrête brutalement en falaise sur le fossé de la Bénoué. Il fait alors place à la savane où la densité des arbres (baobab, acacia, palmier) est très faible puis à la steppe soudano sahélienne, qui se termine par des marécages en bordure du lac Tchad.

Au sud, l’Adamaoua se prolonge par de hautes montagnes d’origine volcanique où culmine le mont Cameroun à 4 095 m, volcan toujours en activité. Ainsi dans un de ses cratères, s’est formé le lac Nyos dont les émanations de gaz toxiques avaient fait plus d’un millier de victimes en 1986.

Vient ensuite un vaste plateau central couvert d’une savane, en partie dégradé par l’action de l’homme (feux de brousse, des cultures et le surpâturage des troupeaux) d’où surgissent par endroits de petits massifs d’arbustes et d’arbres.

Plus au sud de l’Adamaoua, la région côtière du Sud-Ouest offre une succession de plaines, de rivières du bassin du Congo et de fleuves qui coulent vers l'ouest et se jettent dans l’Atlantique. Ses sources alimentent aussi le bassin du fleuve Congo (Sangha), à l’est.

Là, la forêt dense recouvre l’ensemble du plateau Sud-camerounais et les basses terres côtières. Elle est menacée par l'exploitation forestière, ainsi que par l'extension des cultures.

On trouve également des galeries forestières le long des cours d’eau qui au contact de la mer se transforment en mangrove.